UN MANUEL BREF DE QUESTIONS-REPONSES SUR LA RAGE

Photos: K. Bartlett, Animal People photo, et AP associés

Animal People photo

Permission to download, reproduce (in any format), and circulate this document is hereby granted as long as the text is not substantially altered. The document may be circulated under the name/logo of any NGO, as long as the ending attribution remains. This document is also available in English.
Provided courtesy of Kim Bartlett, Publisher of ANIMAL PEOPLE Newspaper anpeople@whidbey.com

QUESTIONS-REPONSES SUR LA RAGE

QU’EST CE QUE LA RAGE ?

La rage est une maladie virale qui affecte le système nerveux des mammifères. Au cours des dernières phases de la maladie, le virus se déplace du cerveau vers les glandes salivaires et la salive. A partir de là, le virus peut se transmettre par simple morsure ou contact avec les membranes muqueuses (nez, bouche et yeux). Une fois les symptômes apparus, cette maladie est mortelle. Les chiens peuvent être contagieux pendant 2 semaines avant l’apparition des symptômes de la maladie, d’où l’importance d’enfermer et d’observer les animaux suspects.

QUELLES SONT LES PRINCIPALES ESPECES PORTEUSES DE LA MALADIE ?

La rage est avant tout une maladie qui touche les carnivores sauvages mais elle peut affecter tous les mammifères, y compris les hommes. Différentes espèces sont devenues les principaux porteurs (vecteurs) dans différentes zones du monde : les chiens en Asie, Afrique, Moyen Orient et Amérique Latine ; les renards en Europe de l’Est et dans quelques régions des Etats Unis et du Canada ; les ratons laveurs dans l’est des Etats Unis et de l’Ontario, au Canada ; les chauves-souris en Amérique du Nord et du Sud et au sud-est de l’Asie ; les mangoustes en Afrique du Sud. 

Les marsupiaux sont beaucoup moins prédisposés à la rage que les mammifères placentaires. Aux Etats-Unis, par exemple, les sarigues partagent l’habitat et les ressources alimentaires avec les ratons laveurs, mais elles ne sont pratiquement jamais infectées. Les rongeurs sont assez facilement infectés par la rage mais, en général, ils meurent si rapidement qu’ils propagent rarement des épidémies. 

COMMENT SE TRANSMET-ELLE ?

La rage est provoquée par rhabdovirus : un virus à ADN enveloppé en forme de balle. Ce virus est très sensible à la chaleur, aux détergents légers (y compris les savons ordinaires) et aux désinfectants. Il ne peut pas survivre longtemps à l’extérieur du corps d’un animal infecté.

Ce virus se trouve dans la salive d’un animal infecté. Il ne peut pas pénétrer à l’intérieur d’une peau intacte. Cependant, il peut être transmis par le léchage : lorsque les animaux font leur toilette mutuellement, la salive d’un animal infecté entre en contact avec des blessures ouvertes. On pense que c’est une méthode commune de transmission entre les ratons laveurs, chez qui la toilette mutuelle par les membres d’une même famille est habituelle, mais ce mode de transmission n’est pas commun chez les autres espèces vecteurs. 

Ce virus se multiplie à l’endroit de la morsure, envahit les fibres nerveuses et se déplace vers le cerveau. La période d’incubation (le temps entre la morsure et l’apparition des symptômes) dépend de la distance entre la blessure et la tête ou le cou : plus la blessure est proche de la tête, plus le temps d’incubation est court. Les morsures à la tête et au cou sont les plus dangereuses. L’endroit de la morsure est important pour l’efficacité de la thérapie postexposition. Le développement du virus dans le cerveau provoque de graves dégénérations nerveuses et finalement la mort. Ce virus se répand également du cerveau, le long des nerfs, vers les organes, y compris les glandes salivaires, où le virus est excrété dans la salive. En général, les morsures sont des expositions à risque élevé. Le contact avec l’animal lui-même (par exemple, se trouver à proximité d’un animal enragé, caresser ou manipuler un animal enragé, entrer en contact avec le sang, l’urine ou les excréments d’un animal enragé) ne constitue habituellement pas une exposition et, par conséquent, n’exige habituellement pas de traitement antirabique postexposition. Sauf si de salive chaude et fraîche a pu être transmise dans une blessure ouverte.

L’exposition d’un homme à un animal enragé ne lui transmet pas toujours la rage. Si le traitement de prévention est commencé rapidement après l’exposition, la rage sera, dans la plupart des cas, prévenue. Toutes les morsures d’animaux doivent être examinées par un professionnel de la santé qui détermine si un traitement est nécessaire.

QUI EST SUSCEPTIBLE DE PROPAGER LA RAGE ?

Le virus de la rage peut infecter n’importe quel mammifère mais l’infection est la plus commune chez les chiens, les chats, les vaches, les chevaux, les chauves-souris, les blaireaux, les renards et les ratons laveurs, qui ont tous une période de latence relativement longue entre l’exposition et l’apparition des symptômes. La transmission se déroule habituellement lorsque l’animal vecteur (l’animal porteur de la maladie) est en période de latence (avant l’apparition des symptômes).

Bien que l’on pense que cela se produit rarement, la rage peut également être propagée par animaux qui mangent des carcasses d’animaux infectés fraîchement tués.

COMMENT LES HOMMES PEUVENT-ILS SE PROTEGER DE LA RAGE ?

La meilleure protection contre la rage consiste : pour les hommes, à vacciner les animaux de compagnie, et tous les chiens et chats errants qui vivent près de leurs maisons ; et pour les autorités municipales, à mener des campagnes de vaccination de masse pour les chiens et chats errants, tout en stérilisant humainement (ablation des ovaires ou castration) ces animaux. Tuer des animaux n’a jamais été un moyen efficace de prévenir la propagation de la rage.

Dans les régions touchées par la rage des chauves-souris, il faut éviter de laisser ces animaux se percher dans les zones où dorment des hommes. La transmission de la rage par les chauves-souris se produit en général au cours de contacts nocturnes accidentels et, étant donné que les canines des chauves-souris laissent des marques aussi grandes et pas plus gênante qu’une piqûre de moustique, il arrive fréquemment que les victimes ignorent qu’elles ont été mordues.

PEUT-ON SOIGNER LA RAGE ?

Une fois les symptômes de la rage apparus, on ne peut pas la soigner. La mort est alors inévitable. Cependant, la période d’incubation relativement longue permet une thérapie postexposition efficace si elle est correctement suivie.

QUELS SONT LES SIGNES ET LES SYMPTOMES DE LA RAGE CHEZ LES ANIMAUX ?

Les symptômes de la rage chez les animaux peuvent se traduire par un ou plusieurs des signes suivants :: excitabilité, comportement vicieux ou attaques, morsure, agitation, instabilité, agressivité inhabituelle, bravoure, salivation excessive (la fameuse écume dans la bouche), dégoût de l’eau (d’où le nom "hydrophobie"), incapacité à avaler ou à boire, pupilles dilatées, dysfonctionnement musculaire, irrégularités de la coordination ou de la démarche, paralysie, convulsions et finalement mort, presque toujours dans un délai de 10 jours. Ces symptômes sont ceux de la rage furieuse.

Certains animaux enragés ne montrent pas de symptômes typiques de la rage, c’est la rage muette. Cependant, ces animaux peuvent afficher d’autres symptômes de la maladie générale qui peuvent inclure : évitement du contact avec des hommes ou d’autres animaux, léthargie, perte d’appétit et finalement la mort. Certains chiens hurlent pendant des jours puis se replient dans des coins sombres. Ils peuvent perdre le contrôle de leurs pattes arrières. Il est possible qu’un chien ne montre que des symptômes bénins d’anorexie (ne pas manger) et d’abattement et soit retrouvé mort trois ou quatre jours plus tard. Parfois, le chien ne montre aucun signe et meurt soudainement, c’est alors l’autopsie qui révèle la rage.

CES SYMPTOMES SONT-ILS SEULEMENT CARACTERISTIQUES DE LA RAGE ?

Malheureusement, non. Une douleur intense, la peur ou la confusion peuvent rendre un animal agressif. Une abondante salivation et l’incapacité à avaler peuvent être dues à une obstruction dans la gorge, à des corps étrangers dans les dents ou à l’ingestion de substances toxiques irritantes. Les hurlements peuvent être provoqués par la faim, la peur ou la douleur. Parfois, le tétanos peut être mal diagnostiqué comme une rage. Mais, dans tous les cas, il faut toujours approcher ces chiens avec beaucoup de précaution car, dans leur douleur, ils peuvent attaquer. 

De nos jours, la rage ne peut être correctement diagnostiquée que par l’examen du cerveau d’un animal infecté, effectué seulement par un laboratoire compétent. Aucun test n’est actuellement disponible pour diagnostiquer la rage sur un animal vivant.

QUELS SONT LES SYMPTOMES DE LA RAGE CHEZ L’HOMME ?

Les premiers symptômes chez l’homme sont l’irritabilité, une dépression inexplicable, des maux de tête, de la fièvre et parfois un prurit ou une douleur au niveau de l’endroit exposé. Finalement, la maladie évolue vers la paralysie, des spasmes des muscles de la gorge, des convulsions, le délire et la mort. Il est important de noter qu’après l’apparition des symptômes, la rage ne peut pas être traitée avec succès.

COMBIEN DE TEMPS S’ECOULE ENTRE L’INFECTION ET L’APPARITION DES SYMPTOME ?

Chez l’homme, la période d’incubation (temps entre l’exposition et l’apparition des symptômes) varie normalement entre 3 et 8 semaines. Chez les chiens, la période d’incubation se situe normalement entre 21 et 80 jours, mais cette période peut être plus courte ou plus longue.

QUAND ET PENDANT COMBIEN DE TEMPS UN HOMME PEUT-IL TRANSMETTRE LA RAGE ?

La transmission de personne à personne est extrêmement rare, mais certaines précautions doivent être prises pour prévenir l’exposition à la salive de personnes malades, y compris la salive sous forme d’aérosol à cause de la toux, des éternuements ou des crachats.

QUEL EST LE TRAITEMENT A SUIVRE APRES UNE EXPOSITION A LA RAGE ?

L’exposition à un animal enragé n’entraîne pas toujours la rage. La plupart des cas de rages pourront être prévenus par la mise en place rapide d’un traitement postexposition. Toutes les morsures d’animaux doivent être examinées par un professionnel de la santé qui détermine si un traitement est nécessaire.

La prévention la plus efficace contre la rage consiste à nettoyer immédiatement et méticuleusement la plaie laissée par la morsure ou par les griffures de l’animal avec beaucoup de savon et d’eau ou à laver les membranes muqueuses avec de l’eau tiède. Si la blessure saigne abondamment, appliquez une pression avec les doigts ou les mains ou appliquez un pansement de pression. La blessure ne doit pas être suturée car on pense que cela augmente le risque de pénétration du virus dans les nerfs.

Cette opération est suivie par l’injection de HRIG (immunoglobine humaine antirabique) et de cinq doses de vaccin antirabique cellulaire diploïde humain administrées dans le bras les jours 1, 3, 7, 14 et 28 après l’exposition. Dans certaines régions, on utilise avec succès des protocoles d’injection intradermique (dans la peau) à plusieurs endroits, cette méthode est moins chère que le programme standard de vaccination postexposition intramusculaire (dans le muscle) car elle nécessite moins d’anti-corps. Les vieux et inhumains vaccins à partir de cerveau animal qui étaient injectés dans l’estomac ont été remplacés dans presque toutes les régions du monde par des vaccins plus efficaces et plus sûrs, fabriqués à partir de culture de tissus. La première injection se compose d’un anti-corps qui combat le virus, et les autres injections sont un vaccin qui assure une protection longue durée. La thérapie postexposition est nécessaire même pour les personnes qui ont reçu une vaccination prophylactique (vaccination préexposition). Cependant, la vaccination préexposition réduit le nombre de doses de vaccin nécessaires et élimine le besoin de HRIG : un bénéfice important étant donné la pénurie mondiale de HRIG. On recommande également une injection de toxoïde de tétanos après une morsure d’animal ou une blessure profonde.

L’HRIG offre une protection rapide contre la rage de une à deux semaines après l’exposition, pendant que l’on développe la plus longue réponse immunitaire induite par vaccin. L’HRIG doit être administrée à toute personne non vaccinée quel que soit son âge, le type d’exposition ou le temps écoulé depuis l’exposition. Elle peut être administrée jusqu'au septième jour suivant l’injection de la première dose de vaccin.

Pour les adultes et les adolescents, le vaccin doit être injecté dans le muscle deltoïde. Pour les jeunes enfants et les bébés, on peut utiliser les muscles de la partie antérolatérale de la cuisse. Ce vaccin ne doit jamais être injecté dans la région fessière ou aux mêmes endroits anatomiques que l’HRIG. Si un individu oublie une dose de vaccin au cours des deux premières semaines du régime, consultez le fabricant du vaccin. Le calendrier devra alors être ajusté pour s’assurer que les quatre doses de vaccin sont reçues au cours des 14 premiers jours. La cinquième dose peut être injectée le jour 28. Les personnes qui ont reçu de la prophylaxie en préexposition doivent quand même recevoir deux doses de rappel du vaccin le jour 0 (zéro) et le jour 3.

POURQUOI UNE PERSONNE DEVRAIT-ELLE ETRE VACCINEE CONTRE LA RAGE AVANT UNE EXPOSITION ?

Le traitement préexposition peut être indiqué pour plusieurs raisons. Premièrement, il protègera les personnes dont l’exposition à la rage n’est pas évidente. Deuxièmement, il protègera les personnes dont la thérapie postexposition a été retardée. Finalement, bien que la vaccination préexposition n’élimine pas le besoin d’une thérapie supplémentaire après une exposition à la rage, elle simplifie la thérapie en éliminant le besoin de HRIG (immunoglobuline antirabique humaine) et en réduisant le nombre de doses de vaccin nécessaires. C’est important pour les personnes dont les risques d’exposition à la rage sont élevés dans des régions où les produits immunisants ne sont pas disponibles ou peuvent avoir des effets indésirables. Plus le traitement est retardé, moins il sera efficace.

Les personnes qui manipulent des animaux sur le long terme (par exemple : les vétérinaires, les personnes qui travaillent avec les animaux sauvages, le personnel des laboratoires qui travaillent sur le virus de la rage les ramasseurs municipaux d’animaux, les personnes qui travaillent dans les abris pour animaux dans des zones de rage endémique et les voyageurs qui partent dans des régions où la rage est commune) doivent subir une vaccination préexposition suivant un calendrier de jour 0 (zéro), jour 7 et jour 21. Ce traitement sera suivi d’un rappel tous les deux ans. Cependant, après une exposition à un animal enragé ou susceptible d’être enragé, le traitement postexposition est toujours nécessaire même avec une vaccination préexposition. Actuellement, les professionnels de la santé débattent pour savoir qui parmi le grand public est le plus exposé à la rage. Le coût élevé de la vaccination antirabique préexposition rend prohibitif l’administration à de grands nombres de personnes dans les zones de rage endémique. Cependant, tout le monde est d’accord pour dire que les enfants de moins de 12 ans sont plus exposés que les autres groupes d’âge. 

QUE FAIRE SI UN CHIEN OU UN CHAT APPAREMMENT EN BONNE SANTE MORD QUELQU’UN ?

Un chien ou un chat en bonne santé, vacciné ou non contre la rage, qui mord quelqu’un doit être enfermé et observé pendant 10 jours. Si, pendant cette période, l’animal développe des signes de rage, il doit être euthanasié rapidement et sans douleur. S’il ne développe aucun symptôme de rage, l’animal peut être remis en liberté au bout de 10 jours. S’il n’y a aucune preuve d’une vaccination antérieure, l’animal doit être vacciné avant sa remise en liberté.

Si l’animal est errant et sans propriétaire, les autorités de santé publique vétérinaires recommandent de l’euthanasier humainement et de l’examiner immédiatement pour savoir s’il avait ou non la rage.

Une personne ne doit pas retarder sa vaccination antirabique postexposition en attendant la fin de la période d’observation de 10 jours de l’animal. S’il existe une raison, quelle qu’elle soit de penser que l’animal a pu transmettre la rage, le traitement postexposition contre la rage doit être immédiatement commencé.

QUE FAIRE SI MON ANIMAL FAMILIER EST MORDU PAR UN ANIMAL POUVANT ETRE ENRAGE ?

Lorsque votre animal familier s’est battu avec un animal domestique ou sauvage infecté, et que la salive sur la blessure est encore humide, lavez les blessures de votre animal avec du savon et de l’eau et utilisez des gants imperméables pour vous protéger lorsque vous manipulez votre animal au cours des premières heures de l’incident.

Si votre animal est vacciné, il doit être immédiatement revacciné et observé de près pendant 45 jours. Les animaux, dont la vaccination a expirée, doivent être examinés au cas par cas.

Si votre animal n’a pas été vacciné, les autorités sanitaires recommandent généralement que l’animal soit humainement euthanasié ou placé en isolement strict pour 6 mois et vacciné contre la rage un mois avant sa remise en liberté. Certains experts recommandent de vacciner l’animal dès le début de la période d’isolation.

LES CHIENS ERRANTS SONT-ILS PLUS EXPOSES A LA RAGE ?

Dans le passé, cela était certainement le cas. Cependant, les méthodes humaines et modernes de contrôle de la population animale (y compris les programmes de stérilisation et de mise en liberté) qui incluent la vaccination contre la rage, ont énormément réduit ce risque en stabilisant, sécurisant et contrôlant la population des chiens errants. Dans certains pays, ces méthodes sont un point essentiel du programme général de contrôle de la rage.

QUE FAIRE SI JE VOIS UN CHIEN ENRAGE ?

Dans le cas des chiens errants :

* N’approchez et ne provoquez pas l’animal.

* Ne lui jetez pas de bâtons ou des pierres.

* Dispersez la foule rassemblée pour réduire la tension sur le chien et donc réduire les risques.

* Appelez l’autorité concernée : l’agence locale responsable des animaux domestiques, la police, l’organisme d’assistance animal, les services vétérinaires ou l’autorité sanitaire locale.

Dans le cas d’un chien domestique :

* Mettez une muselière à l’animal.

* Emmenez-le chez un vétérinaire pour savoir si l’animal est enragé. S’il est évident que l’animal est enragé, euthanasiez-le le moins douloureusement et le rapidement possible. Si aucun signe de rage n’est évident mais que la rage est toujours suspectée, l’animal devra être isolé et observé pendant au moins 10 jours.

COMMENT PUIS-JE AIDER A CONTROLER LA RAGE ?

La vaccination de vos animaux familiers et des chiens et chats errants de votre quartier est le meilleur moyen de contrôler la rage. Surveillez vos animaux sur votre propriété pour réduire les risques d’exposition à la rage. Demandez aux instances gouvernementales de mettre en place des campagnes de vaccination pour les animaux familiers et les chiens errants.

Si vous voyez un animal dont le comportement est étrange, avertissez les autorités locales sanitaires ou de contrôle des animaux. N’essayez pas d’attrapez l’animal. Cependant, les comportements suivants : "aboie beaucoup," "agie de manière étrange," "renifle les autres chiens" ou "est menaçant" ne doivent pas être interprétés comme un comportement étrange ou inhabituel.

Si un contact se produit ou est suspecté, consultez immédiatement un médecin. Assurez-vous que votre animal vacciné recevra un rappel de vaccin.

Si une personne est mordue, ne paniquez pas. Lavez méticuleusement la blessure avec du savon et beaucoup d’eau. Demandez une aide médicale. Demandez une thérapie postexposition pour les personnes qui ont pu être exposées au virus. Déterminer le risque d’exposition à la rage comprend l’évaluation du type d’exposition, de l’endroit de la blessure, de l’état de vaccination contre la rage de l’animal qui a mordu et de son efficacité ainsi que du risque d’un traitement prophylactique.

QUE RETENIR DE LA VACCINATION PREEXPOSITION D’UN CHIEN ?

Souvenez-vous des facteurs suivants avant la vaccination :

* Age : ne pas vacciner un animal avant 12-16 semaines.

* Vermifugation : au moins 2-3 jours avant la vaccination contre la rage.

* Santé : vérifiez que les habitudes alimentaires de l’animal sont normales, sa température, etc., avant la vaccination.

* Médication : si l’animal est sous immunosuppresseurs (par exemple, des stéroïdes), remettez le traitement à plus tard.

Après la vaccination, observez votre animal pour surveiller les signes de fièvre ou d’autres maladies. Ne le laissez pas entrer en contact avec des chiens non vaccinés pendant au moins 3-5 jours.

QUE FAIRE SI JE VOIS UN ANIMAL MORT SUSCEPTIBLE D’ETRE MORT DE LA RAGE ?

Si vous devez manipuler l’animal mort, utilisez des gants, des bâtons ou d’autres outils afin d’éviter un contact direct avec la salive, le liquide neutre et les tissus du cerveau. Appelez immédiatement les autorités sanitaires locales pour savoir s’il existe un laboratoire qui examine les animaux morts pour identifier des signes de la rage. Ils peuvent vous demander d’amener l’animal ou juste un échantillon de tissus du cerveau ensuite, un vétérinaire effectue une autopsie. Cependant, il n’est pas facile de retirer le cerveau et une personne inexpérimentée lors de l’autopsie pourrait s’infecter avec le virus à travers des coupures infligées à elle-même.

Un laboratoire d’examen de la rage peut faire plusieurs tests. Les deux principaux sont (1) l’examen du corps de Negri qui étudie les corps d’inclusion produits par le virus dans les cellules cérébrales, et (2) l’examen ELISA (méthode enzymo-immunologique) qui teste la présence d’anti-corps contre la rage dans le tissu envoyé. Ce deuxième test est plus précis mais prendra 3 à 4 jours.

Si les autorités sanitaires ne prennent pas l’animal pour les examens ou l’élimination, vous devrez le détruire en brûlant la carcasse susceptible d’être infectée ou en l’enterrant avec de la chaux à au moins 2 mètres de profondeur.

COMMENT EVITER LES MORSURES DE CHIEN ?

* Repérez les signaux d’alerte typiques des chiens hostiles, par exemple, les grondements, une position raide, les oreilles en arrière ou le pelage du dos hérissé.

* Entraînez votre chien à ne pas mordre en lui apprenant des ordres simples.

* Ne jouez pas à des jeux agressifs comme le catch ou la lutte à la corde.

* Ne laissez pas les enfants seuls avec le chien.

* Dites aux enfants d’éviter les chiens étranges et ceux qui grognent.

* Apprenez aux enfants à ne pas prendre la nourriture ou les jouets des chiens.

* Ne passez pas devant un chien en courant car ils aiment naturellement poursuivre et attraper les choses.

* Si des chiens se battent, n’essayez pas de les séparer à la main. Arrosez-les avec de l’eau, criez ou faites beaucoup de bruit.

* Les chiens doivent être promenés en laisse.

* Castrez votre chien car les chiens castrés ont moins tendance à mordre.

(Ecrit à l’origine comme un manuel pour l’Animal Welfare Board (bureau pour la protection des animaux) d’Inde, par Smt. Maneka Gandhi, Ministre de la justice sociale et de l’habilitation, Delhi, Inde. Il a été révisé pour une utilisation multinationale par ANIMAL PEOPLE avec l’aide du Docteur Ray Butcher.)

Ce feuillet questions-réponses peut être téléchargé et reproduit sous n’importe quel format. La permission de reproduction est accordée par ANIMAL PEOPLE et Smt. Maneka Gandhi.